(225) 21 21 02 02 contact@aprocotci.org

Article

Avec des techniques nucléaires, le Bangladesh a développée une variété améliorée de coton

Une nouvelle variété de coton à croissance rapide a été développée en un temps record au Bangladesh grâce à l’introduction de techniques nucléaires. Kamrul Islam, responsable scientifique principal et directeur de projet au Conseil de développement du coton du ministère de l’Agriculture du Bangladesh, et son équipe ont collaboré avec l’International Atomic Energy Agency (IAEA) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour développer de nouvelles variétés de coton plus productives et ayant une meilleure qualité de fibre. « La sélection par mutation est un nouveau domaine de recherche pour nous et nous avons maintenant cette nouvelle variante de coton, qui peut être cultivée en peu de temps. Nous prévoyons que cette croissance rapide augmentera les rendements et les revenus des agriculteurs de 40 % », a indique Kamrul Islam.

Le 13 mars 2021 a marqué la sortie officielle et l’enregistrement de la nouvelle variété de coton, appelée CDB Tula 1. Cette variété est à haut rendement, tolérante à la sécheresse et résistante aux maladies tout en livrant une troisième récolte par an grâce à sa maturité plus courte et son manque de sensibilité à la durée de la lumière du jour, précise l’AIEA.

Aujourd’hui, CDB Tula 1 est plantée dans 13 zones différentes au Bangladesh et plus de 1 000 agriculteurs reçoivent une formation sur la procédure de plantation.

«Une fois largement utilisée, la nouvelle variété devrait également apporter des avantages macroéconomiques au pays. Faute d’un approvisionnement national suffisant et de qualité, l’industrie cotonnière est actuellement dépendante des importations. L’altération de la saison sèche et de la mousson rend le coton du Bangladesh particulièrement vulnérable, et le manque d’approvisionnement en eau stable toute l’année a causé d’énormes pertes de rendement. Cela sera exacerbé par le changement climatique. Par conséquent, le développement de variétés tolérantes aux extrêmes climatiques et qui poussent à un rythme plus rapide a été important pour le pays » indique Kamrul Islam.

Source : commodafrica.com