(225) 21 21 02 02 contact@aprocotci.org

Article

La journée mondiale du coton célébrée avec des cours qui flambent

Le 07 octobre 2021 dernier a été célébrée la journée mondiale du coton. Un évènement mondial qui a pris corps à partir d’une demande officielle formulée auprès des Nations unies par le groupe du C4, qui réunit le Bénin, le Burkina Faso, le Mali et le Tchad. Cette année, le thème de la journée est Cotton for Good pour reconnaître les nombreux avantages du coton des moyens de subsistance pour des millions de producteurs, en particulier en Afrique et en Asie, en passant par ses nombreux usages des vêtements aux produits alimentaires et pour les animaux.

Une célébration qui intervient après la pandémie de la Covid-19 qui a finalement montré une très forte résilience du marché du coton après un effondrement sur le second trimestre 2020 (un plus bas de 48 cents la livre ayant été atteint), et une vitalité inattendue de la reprise de la demande.

A la veille de la journée mondiale du Coton, les cours ont dépassé pour la deuxième séance consécutive la limite up pour clôturer hier à New-York 111,06 cents la livre. Du jamais vu depuis 10 ans ! Depuis un bas de 89,02 cents atteint le 20 septembre 2021, les cours sont sur un trend ascendant. Et étonnamment, la fermeture des marchés en Chine pour la Golden Week n’a pas apporté d’accalmie.
Au cœur de cette hausse la Chine et son appétit grandissant pour le coton et plus précisément le coton américain avec des ventes exceptionnelles et une grande incertitude. La Chine manque-t-elle de coton alors que la récolte 2021/22 s’annonçait bonne ? L’interdiction américaine des produits textiles chinois fabriqués à partir du coton du Xinjiang en raison de la question des droits des minorités musulmanes porte-t-elle ses fruits ? Le différentiel de prix entre les cours à New York et les cours en Chine sur le Zhengzhou Commodity Exchange (ZCE), qui flambent également dépassant le 20 000 yuans ($3 100) la tonne, incite-t-il Pékin à acheter du coton américain ?

Seul élément tangible, la Chine achète à tour de bras du coton étranger mais aussi du coton de ses réserves, dont les ventes aux enchères ont été prolongées au delà du 30 septembre, et des entrepôts sous douane.

Et puis, les dommages aux récoltes en Inde dus aux fortes pluies provoquées par le cyclone Gulab et les conditions météorologiques défavorables dans les principales régions de croissance comme au Texas suscitent aussi quelques inquiétudes sur l’approvisionnement. Les problèmes logistiques avec des taux de fret élevés et des perturbations importantes pèsent sur les livraisons du coton, comme des autres matières. Enfin, les spéculateurs parient sur la hausse gonflant leur position longue nette.

« Bien malin qui peut dire ce qui va se passer » soulignait un négociant dans notre chronique de vendredi dernier. Mais des prix élevés pourraient finir par tordre le cou à la demande.

Source : commodafrica.com