(225) 21 21 02 02 contact@aprocotci.org

Article

Renouveau de la production de coton biologique

Depuis quatre ans, la production de coton biologique augmente chaque année et retrouve ses niveaux de 2019/10 et les dépasse même légèrement avec 249 153 tonnes produites en 2019/20, en hausse de 3,9% par rapport à 2018/19, montre le dernier rapport de Textile Exchange sur le marché du coton biologique 2021. Ce sont quelque 229 280 agriculteurs enrôlés dans le bio sur une superficie de 588 425 hectares dans 21 pays.

Une culture de niche qui reste très concentrée, sept pays contribuant à 95% de la production. Toujours en tête l’Inde (50% de la production de coton bio), puis la Chine (12%), le Kirghizstan (12%), la Turquie (10%), la Tanzanie (5%), le Tadjikistan (4%) et les Etats-Unis (3%). Pour une grande partie, ces pays garderont leur leadership car ils figurent dans le top cinq des terres en reconversion. C’est le cas de l’Inde ( plus de 22 000 ha), de la Turquie (9 014 ha), du Tadjikistan (8 595 ha) mais aussi dans une moindre mesure de la Tanzanie et de la Chine. Globalement ce sont plus de 50 000 ha de terres qui sont en reconversion, soit un peu moins de 10% de la superficie totale en coton organique. Ainsi pour 2020/21, Textile Exchange anticipe un rebond de 48% de la production de coton biologique, impulsée principalement par l’Inde et la Turquie.

La durabilité en haut de l’agenda des marques et détaillants

La durabilité et la transparence de la chaîne d’approvisionnement en coton gagnent en importance au niveau des marques et détaillants ce qui accroît la demande avec une offre pas toujours au rendez-vous. « Au cours de la dernière année, nous avons assisté à une augmentation de la demande de coton biologique et ce en dépit des perturbations causées par la Covid-19. Une grande partie de cette demande provient de « nouvelles entreprises », qui sont en train de faire la transition vers le monde des matériaux durables. Malheureusement, ces marques s’attendent à ce que le coton biologique soit disponible en permanence, comme s’il s’agissait d’une marchandise, et cela n’a pas été le cas », observe Orlando Rivera, directeur d’Ecotton.

De plus du côte de l’offre, l’interdiction des importations de coton en provenance de la région du Xinjiang en Chine par les Américains a perturbé la chaîne d’approvisionnement et rappelé aux grandes marques la nécessité d’avoir une traçabilité de la chaîne. En outre, l’année dernière une enquête du Global Organic Textile Standard (GOTS) a détecté des preuves de fraude sur le coton biologique en Inde, ce qui a conduit notamment à une interdiction de certification imposée à onze entreprises. L’offre indienne a donc été réduite stimulant celles des autres pays.

« La demande de coton biologique a augmenté au cours de la dernière année, en particulier pour le coton biologique d’Afrique, de Turquie et d’Asie centrale où nous travaillons avec nos fournisseurs depuis de nombreuses années. Il convient également de mentionner que les primes pour le coton biologique ont fortement augmenté pendant cette période. En règle générale, la prime est environ 20% plus élevée par rapport au coton produit de manière conventionnelle » souligne Marco Bänninger, Head Trader Hand Picked Cotton chez Paul Reinhart. .

Hausse de 91% du coton bio en Afrique tirée par la Tanzanie

L’Afrique sub-saharienne demeure un petit producteur de coton biologique avec 18 202 tonne produites en 2019/20, soit 7,3% de la production mondiale. La Tanzanie, championne depuis plusieurs années du coton bio en Afrique conforte son avance avec une hausse de 114% de sa production en 2019/20 à 11 285 tonnes, soit environ 10% de sa production totale de coton du pays ou encore 4,53% de la production mondiale de coton bio. La trajectoire devrait se poursuivre avec 3 416 hectares de terre qui sont actuellement en reconversion. Textile Exchange estime que la production grimpera de 135% en 2020/21. Se place ensuite l’Ouganda avec 4 734 tonnes produites.

L’Afrique de l’Ouest pourtant premier producteur africain de coton conventionnel, ne contribue qu’à 11,6% de la production de coton bio au niveau du continent. Toutefois, la production est en hausse de 15% en 2019/20 en partie en raison de conditions climatiques favorables.

« Une nouvelle prometteuse est qu’un certain nombre de nouveaux projets de coton biologique sont en préparation, soutenus par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit GmbH (GIZ) et l’Agence Française de Développement (AFD). Si ceux-ci deviennent efficaces, la production de coton biologique de l’Afrique de l’Ouest atteindra bientôt de nouveaux sommets » estime Silvère Tovignan, Textile Exchange Ambassador. Un soutien qui paraît indispensable, Silvère Tovignan soulignant que depuis la fin des programmes de coton biologique des ONG telles que Helvetas les organisations de producteurs impliquées dans la filière ont rencontré de grandes difficultés pour produire et certifier leur coton biologique.

A noter, que la Zambie s’est lancée dans la culture du coton bio avec le projet porté par Alliance Ginneries Ltd en partenariat avec le négociant Paul Reinhart et financé par l’Union européenne.

Source : commodafrica.com

Leave a Reply